Les commerçants, Amélie Baudu, Patricia Beaujais, Hubert Dehautois, avec Anne Bruzac, présidente de l'association Galléco réunis vendredi matin pour le lancement du galléco.

Les commerçants, Amélie Baudu, Patricia Beaujais, Hubert Dehautois, avec Anne Bruzac, présidente de l’association Galléco réunis vendredi matin pour le lancement du galléco.

Depuis une dizaine d’années, des initiatives de monnaie locale ont vu le jour. Aujourd’hui, elles sont plus de 35 sur tout le territoire français. Couvrant le pays de Redon, de Fougères et de Rennes, le galléco a été lancé en 2013 par l’association Galléco.

Une monnaie locale et solidaire

« Nous avons mis en place le galléco, monnaie d’échange local, pour essayer de répondre aux problèmes des crises et plus particulièrement celle de l’emploi, annonce Anne Bruzac, la présidente de l’association. L’objectif étant que l’argent reste sur le territoire local et qu’il soit donc réinvesti directement dans l’économie locale. »

Le galléco, dont l’unité est équivalente à 1 €, se présente sous forme de billets de 1, 2, 5, 10, 20 ou 50 gallécos. Pour s’en procurer, l’adhésion à l’association est obligatoire mais libre. Les gallécos circulent sur le territoire entre particuliers et professionnels. Les euros échangés en galléco sont placés au crédit coopératif qui accorde des prêts à des associations ou des entreprises de l’économie sociale et solidaire. « Il y a donc une double action sur l’économie solidaire quand on fonctionne avec les gallécos », précise Anne.

L’adhésion des commerces

Depuis vendredi, il est possible d’adhérer à l’association et d’échanger des gallécos à l’épicerie de Saint-Ganton. Le bar- restaurant La Crémaillère et l’atelier boutique Au fil de l’histoire, les deux autres commerces de la commune, se sont associés au projet. « En dehors de la monnaie et de l’intérêt attractif pour mes clients, ça permet de développer du réseau professionnel localement, déclare Hubert Dehautois, propriétaire de l’épicerie. Quand un professionnel adhère au galléco, ça donne une idée de son approche du travail. Nous savons déjà que nous avons des valeurs communes ».

Pour Amélie de l’atelier boutique de couture, c’est une occasion de plus de faire découvrir ses créations en tissu recyclé. « Il y a un intérêt pour tous : la commune, le terroir, les commerces, l’école, complète Patricia Beaujais, du bar-restaurant. Moi, je souhaite, comme Hubert, développer mon réseau alimentaire pour écouler mes gallécos auprès de producteurs bio ou locaux et proposer une cuisine avec des produits frais ».

Pour le lancement du comptoir d’adhésion et d’échange, Hubert Dehautois propose dans son épicerie 10 % de réduction sur les produits bio et du terroir pendant un mois.

Lundi 26 octobre, à 18 h 30, réunion d’information organisée par l’association Galléco, au bar-restaurant La Crémaillère. Site de l’association : galleco.fr

Source Ouest France du 19 Octobre 2015

Article des Infos du Pays de Redon, Mercredi 21 Octobre 2015

Article des Infos du Pays de Redon, Mercredi 21 Octobre 2015